Dans les années 2000, on imaginait des voitures connectées aux téléphones ou encore des voitures automatisées, toutes ses inventions faisaient partie du monde de la science-fiction. On n’aurait jamais cru voir la technologie se développer au point d’arriver à réaliser ses rêves d’enfant en quelques années, et pourtant la voiture autonome est bien là.

La voiture autonome :

La voiture autonome se définit simplement par une voiture qui assure sa conduite sans le besoin de conducteur. Cette conduite automatisée est possible essentiellement grâce à un système qui assure la reconnaissance du milieu, des obstacles et des piétons. Ce système se compose de caméras, de radars et de scanners.

Il existe différents types de voiture autonome classés en 5 catégories ou niveaux, présentés comme suit :

  • Niveau 0 : ce type de voiture n’est pas considéré comme autonome, car c’est le conducteur qui assure la totalité des fonctions.
  • Niveau 1 : dans ce niveau, le conducteur toujours maître du véhicule peut avoir certaines fonctionnalités en aide comme le régulateur de vitesse, les freins d’urgence, le détecteur de risque de collision. Ces aides sont dites des aides à la conduite.
  • Niveau 2 : c’est à partir de ce niveau que l’on commence à constater une certaine autonomie. Le véhicule de ce niveau pourra freiner, accélérer et se charger de quelques fonctions en plus, mais le conducteur doit toujours intervenir pour ce qui est du contrôle d’environnement.
  • Niveau 3 : à ce niveau, la voiture est autonome, mais sur certaines fonctions seulement. Elle est équipée de caméras et radars qui lui permettent de visualiser le milieu autour, d’accélérer, de freiner et même de doubler des véhicules. Quant au conducteur, il se charge de mettre le clignotant.
  • Niveau 4 : ce niveau est destiné à la conduite sur les grandes voies et les autoroutes. Ce niveau d’autonomie est complet sur l’autoroute. Le conducteur n’a besoin d’intervenir dans aucun cas. La voiture se charge seule de la conduite, de l’arrêt et des réglages en cas de problème.
  • Niveau 5 : c’est à ce niveau qu’on parle au sens propre du mot d’autonomie, la voiture est totalement indépendante du conducteur que ce soit sur l’autoroute ou dans les ruelles de la ville.

Voiture autonome face aux obstacles :

Après le premier accident causé par une voiture autonome, les obstacles se sont multipliés sur son chemin. C’est le cas du règlement de la circulation routière qui impose que l’autonomie de la voiture doit être restreinte et que le conducteur doit assurer les fonctions de base de la voiture. Ce règlement pose problème surtout pour la nouvelle génération de voiture autonome prévue sans pédales et volant.

Une chose est sûre, la technologie est encore loin de pouvoir donner à la voiture autonome une conscience ou encore des émotions. D’ici là, l’opinion publique reste divisée entre la peur de ces véhicules et l’expérience qu’ils offrent.

Les autres articles de marine :